Les têtes pensantes de l’intelligence artificielle

Créer un monde meilleur ?

Des montagnes de dollars sont déversées depuis quelques années déjà par les grands groupes technologiques et les investisseurs dans les technologies dites d’intelligence artificielle. L’objectif officiel pour nombre d’entre eux n’est rien moins que créer un monde meilleur, même si cela permet sur la route de décupler les revenus en confiant le processus de traitement des données (Big Data) à l’ordinateur. Pas une semaine ne se passe sans que cette technologie ne fasse parler d’elle pour son potentiel, son ambition, les peurs qu’elle suscite ou ses conséquences pour la société.
Encore hier, le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a publié un post pour partager son nouveau challenge pour l’année 2016 : créer pour son usage personnel une intelligence artificielle proche de Jarvis dans les films Iron Man.

“Machine Learning” et “Deep Learning”

L’intelligence artificielle comprend de très nombreuses spécialités dont une extrêmement recherchée pour son potentiel, le “Machine Learning”. L’idée est simple, apprendre à la machine à apprendre par elle-même. Le “Deep Learning”, autre nom donnée à cette spécialité, ambitionne de donner la capacité aux machines de développer des “sens” tels la vue, la parole ou l’ouïe.
Le développement de cette discipline permet de proposer aux consommateurs des technologies dites de reconnaissance vocale, reconnaissance faciale, traduction instantanée ou assistant personnel. Les Skype, Siri, Cortana ou Amazon Home en sont les produits connus du grand public.

Voici une très bonne infographie proposée par le Wall Street Journal illustrant les scientifiques leaders dans le domaine du “machine learning” à travers la planète.